2018 : ce qui change pour vos investissements

952 000 : nombre de ventes de logements anciens en 2017

En effet cette année les logements anciens ont le vent en poupe car ces derniers ont permis d’augmenter la liquidité des propriétaires de biens immobiliers. Cette hausse de liquidité résulte aussi d’une hausse des prix en faveur des propriétaires au niveau national (+2%). D’ailleurs dans certaines villes cette hausse est très importante avec 16,5% à Bordeaux ou 6,5% à Paris. Cette bonne santé immobilière peut être mise au crédit des conditions de financement extrêmement favorables.

 
Logement ancien.Jpeg
 

Toutefois, on peut identifier un marché immobilier à deux vitesses. Certains territoires et villes ne bénéficient pas de cette hausse. C’est le cas à Lille où les prix ont stagné. On enregistre même une baisse importante dans des villes comme Montpellier avec une baisse de 1,9%. Le choix de l’emplacement devient alors primordial quand on parle d’investissement locatif.

En 2018, les taux bas et les conditions économiques favorables démontrent que 2018 ressemblera à l’année 2017 en ce qui concerne l’immobilier malgré un léger ralentissement. Les professionnels de l’immobilier sont d’ailleurs très optimistes concernant l’avenir du marché du logement. 80% d’entre eux ont déclaré qu’ils étaient confiants quant à l’avenir du marché. Des propos confirmés par les notaires de France qui ont désigné l’année 2018 comme une année stable se caractérisant par un tassement du volume de vente dû à la diminution du stock de biens mis sur le marché. Une surveillance accrue de la demande est tout de même impérative puisqu’elle pourrait conduire à une nouvelle montée des prix.

Les changements législatifs à surveiller

La première mesure que l’on peut noter concerne le recentrage du dispositif d'aide à l'investissement locatif PINEL sur les zones dites "tendues". En effet cette mesure intervient là où il existe un déséquilibre entre l'offre et la demande de logement. Une donnée non-négligeable quand on parle d’investissement locatif rentable.

 
Loi Pinel APL taxe impot.jpeg
 

La diminution de la taxation sur les plus-values immobilières concernant les terrains à bâtir pour favoriser la construction de logements et la baisse des APL sont des changements qu’il faudra aussi prendre en considération au moment de constituer son patrimoine immobilier. En outre, il y a eu très récemment une politique de régulation des locations touristiques permettant de lutter contre la hausse des prix dans les lieux touristiques. Cette nouveauté pourrait donc modifier vos critères de recherches concernant la localisation de votre futur bien.

Des changements au niveau fiscal ont aussi été enregistrés. Premièrement, la création de l'impôt sur la fortune immobilière en remplacement de l'impôt sur la fortune va changer certaines choses. Désormais, seuls les actifs immobiliers dont le patrimoine dépasse 1,3 millions d’euros seront concernés. Les parts de sociétés à prépondérance immobilière le sont également. En revanche, les parts de société d’investissement immobilier cotées ne sont quant à elles pas affectées par ce changement.

Autre facteur à considérer, la baisse de 30% de la taxe d’habitation pour 80% des Français permettant ainsi une augmentation de leur pouvoir d’achat. Néanmoins la taxation des Plans Epargne Logement et des Comptes Epargne Logement vient contrebalancer cette donnée.

Enfin, un projet de loi intitulé "Habitat, Mobilité, Logement" est prévu pour le printemps 2018. Il devrait contenir des mesures visant à simplifier les autorisations de constructions ainsi que la mise en place d'un bail mobilité pour permettre l'amélioration de la mobilité géographique notamment pour des besoins professionnels. Une bonne opportunité pour vous, chers investisseurs, d’élargir votre couverture géographique pour votre futur investissement locatif !